Catégories
que des mots

Pump Up the volume

Les stations de ski n’arrêtent pas de nous vanter les vertus du zen, du silence, des grands espaces purs dans lesquels on se ressource. Chalet, feu de cheminée et blanchot qui batifole dans la poudreuse… L’image d’Épinal a pourtant de la chevrotine dans l’aile. Nos stations sont devenues des boites à musique où le niveau sonore élevé tente de masquer un vide symbolique. Impossible de se poser à la terrasse, boire un coup ou simplement flâner sans subir une cascade de décibels. Pire, on nous sert de la soupe tirée de la sono mondiale. Le main stream passe aussi par nos oreilles. Ici, en altitude, pas de groupes locaux, de diversité musicale : toujours la même rengaine, les mêmes morceaux, les mêmes pseudos artistes ou platines peu inspirées. L’horizon sonore est beuglant à défaut d’être subtil. C’est fort, insipide, ça use et ça énerve. Parce que le son doit être bon ou laisser la place au silence : plaidoyer pour des décibels pertinentes.

Par MG (texte & illustration). May 2020.